La maison folie Wazemmes aux couleurs du Brésil!

Nouvelle première pour moi, je me suis rendue aujourd’hui à la maison folie Wazemmes. J’ai été attirée par le programme des ateliers prévus pour ce week-end, par la promesse d’un bal Carioca, et l’envie de découvrir l’expo « Cariocas ».

La question qui se pose est: mais que veut donc dire Carioca?? J’ai donc vérifié dans le Larousse et  cela signifie « de Rio de Janeiro »… tout de suite c’est plus clair puisque Rio est l’une des 5 villes choisies comme thème par Lille 3000 pour Renaissance.

Pour ce qui est de la maison folie en elle-même, j’en ai beaucoup plus entendu parler que celle de Moulins, mais je n’y étais jamais allée non plus. Tout comme sa consœur, la maison folie Wazemmes était auparavant un lieu industriel, en l’occurrence, l’ancienne filature Leclercq qui a fermé ses portes en 1993. Transformée en maison folie à l’occasion de Lille 2004, capitale européenne de la culture, cette ancienne filature a été réhabilitée et transformée en fabrique culturelle. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept des maisons folies, je vous propose de lire le début de mon article sur l’exposition Eindhoven à la maison folie Moulins.

Si vous voulez plus d’informations sur la maison folie Wazemmes: son histoire, sa réhabilitation, je vous propose de lire « Laissez-vous conter Wazemmes » qui est très intéressant!


 Pour ce qui est de l’exposition Cariocas, quand je suis entrée au rez-de-chaussée dans l’espace de l’exposition ma première réaction a été  « c’est assez décevant, il n’y a pas grand chose » sauf que l’exposition est sur trois niveaux et est, en fait, assez étendue. D’ailleurs si je la compare à la maison folie Moulins, ça prend beaucoup plus de temps à visiter, c’est beaucoup plus riche.

J’ai apprécié la variété des œuvres et installations proposées, le côté loufoque de certaines (Escultura Redonda et Disjunçao especial de Maria Lynch notamment) et surtout l’abondance des couleurs vives qui font voyager vers le Brésil.

Encore une fois tout ne m’a pas plu, certaines œuvres m’ont laissée de marbre et je suis passée très vite. En revanche j’ai eu plusieurs coups de cœur! Tout d’abord, la série de photographies, Mão Na Lata (« la main dans la boîte ») de Tatiana Altberg avec les textes rédigés par des adolescents de la Favela Maré. Les photos en elles-mêmes sont parlantes mais ce sont les textes qui m’ont le plus touchée.

La série dessins qui représentent les costumes du carnaval m’a beaucoup plu, les dessins (et les costumes) sont magnifiques! On voit le souci du détail et de la précision Il s’agit d’une rétrospective qui rassemble les idées, abouties ou non, de la configuration des chars et des costumes imaginés par Fabio Ricardo (directeur artistique pour le carnaval) pour le grand défilé annuel du Sambodrome. C’est la première fois que ces dessins sortent du Brésil et c’est un ravissement pour les yeux!

Mon troisième coup de cœur est pour le kiosque de thé Self Service Pajé, ce kiosque installé à l’entrée de l’exposition propose 30 types d’herbes médicinales différentes, le visiteur est invité à composer lui-même son thé à partir des herbes proposées. Pour ma part, j’ai créé un thé Jasmin, hibiscus, thé noir et un peu de « dent du diable ». Vous pouvez ensuite déguster votre thé tranquillement dans un des hamacs accrochés dans la salle.

J’ai aussi beaucoup aimé le principe des gommettes que l’on colle partout sur les murs de la cage d’escalier (qui ont également envahi la rampe et les fenêtres!) C’est finalement une oeuvre participative qui réunit petits et grands et qui habille ce mur. Je trouve que ça l’embellit considérablement, ça donne beaucoup de gaieté!

L’exposition s’inscrit sur plusieurs registres: festif avec le côté carnaval, social avec les favelas et les camelô (vendeurs ambulants sur les plages), engagé… c’est vraiment très varié. Les supports sont également divers: installations, photographies, tableaux, sculptures, vidéos, œuvres participative, il y a vraiment de tout.

Mais s’il y a une chose qui m’a interloquée et que je n’ai pas comprise c’est l’immense panneau explicatif à l’entrée de l’exposition avec tellement de texte qu’on est découragé à l’avance à l’idée de le lire (même si on aime la lecture et avoir des informations), c’est beaucoup trop long, beaucoup trop grand, dommage! (l’ombre de la personne vous montre bien la taille du panneau)

20151213_161130


Pour ce qui est des ateliers j’ai été plutôt déçue car s’ils donnaient envie sur le papiers et semblaient s’adresser à tous, ils étaient en vérité plutôt à destination des enfants et m’ont beaucoup moins tentée une fois que j’ai vu de quoi il s’agissait réellement, dommage!

Par contre le bal Carioca était plutôt sympa, et la musique donnait immédiatement envie de bouger, que l’on soit danseur ou non. Je ne suis pas restée longtemps mais il y avait une ambiance plutôt chaleureuse.

20151213_165359


Bref, j’ai étais assez séduite par certaines parties de l’exposition, moins par d’autres mais j’ai surtout été surprise de sa taille, m’attendant à une exposition aussi petite qu’à la maison folie Moulins puisque ces expos sont gratuites! Alors attention vous ne passerez pas forcément 1h (sauf si vous lisez absolument tous les cartels et regardez toutes mes vidéos, là ça va prendre du temps) mais prévoyez minimum 30/40 minutes.

 

Une réflexion au sujet de « La maison folie Wazemmes aux couleurs du Brésil! »

Laisser un commentaire