Dansez, embrassez qui vous voudrez: l’expo parfaite pour les amoureux

Hier je suis retournée au Louvre-Lens car je voulais visiter l’exposition Dansez, embrassez qui vous voudrez au temps de Madame de Pompadour. J’en ai profité pour voir les nouvelles œuvres de la Galerie du Temps et la (petite) exposition Les Métamorphoses. Autant vous dire que j’ai passé pas mal de temps dans le musée mais le temps a filé sans que je m’en rende compte…

DSC02634 (2)

Je ne vais pas trop m’attarder sur la collection permanente puisque c’est de l’exposition temporaire que je veux vous parler. Je soulignerai juste que c’est agréable d’avoir un renouvellement régulier d’une partie des œuvres, cela permet d’avoir toujours quelque chose à découvrir. Ce qui me plaît énormément aussi, c’est la scénographie de ce musée: la façon dont les divers tableaux et objets sont présentés a été pensée pour être la plus abordable possible. Remonter le temps et découvrir l’évolution des peuples de l’antiquité au 19ème est fascinant. Armée de mon visioguide (oui, parce que l’audioguide c’est déjà dépassé, on parle de visioguide maintenant quand on a un écran) je me suis attardée sur les nouvelles œuvres de la Galerie du temps, une bonne partie datant de l’antiquité.


Pour ce qui est de l’exposition Les Métamorphoses, elle se situe dans le pavillon de verre, c’est à dire au bout de la Galerie du Temps. Il s’agit de l’exposition temporaire mineure, la principale étant … dans l’espace d’exposition temporaire (logique…). Je n’ai pas grand chose à dire sur cette petite expo, elle se visite rapidement (15-20 min) et ne présente que peu d’intérêt pour ceux qui ne sont pas amateurs de mythologie greco-romaine. Le titre de l’exposition fait référence aux fameuses Métamorphoses d’Ovide. Vous retrouverez donc des personnages tels que Narcisse, Zeus et sa petite grande famille, Midas, Icare, Ulysse, Orphée etc dans des tableaux, sur des meubles, des objets ou en sculptures. Plusieurs œuvres m’ont semblé familières et pour cause: elles venaient du LaM (Villeneuve d’Ascq) ou de La Piscine (Roubaix).


 

Concernant Dansez, embrassez qui vous voudrez j’avais de grandes attentes, comme toujours d’ailleurs avec les expositions du Louvre-Lens. Un musée d’une telle envergure, qui déploie une communication aussi importante se doit d’avoir des expositions à la hauteur. Pari réussi ou flop total? Selon moi, le pari est plutôt réussi. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il s’agit de mon exposition coup de cœur mais elle m’a séduite (restons dans le thème de l’expo).

« Fêtes et plaisirs d’amour au siècle de Madame de Pompadour », l’expo célèbre le thème de la Fête galante et de la Pastorale. La Pasto-quoi? En fait, c’est un monde champêtre idéalisé (loin, trèès loin de la réalité). La fête galante, vous devez avoir une petite idée de ce que c’est.

Je suis toujours très sensible à la scénographie, une exposition peut présenter de véritables chefs-d’œuvre, s’ils ne sont pas bien mis en scène je suis immédiatement déçue. Or ici un véritable effort a été fait pour créer une atmosphère qui colle au thème. Le premier espace est une projection de silhouettes sur une toile, quelques unes de ces silhouettes s’animent et tour à tour elles nous chantent la chanson « embrassez qui vous voudrez ». J’ai trouvé que c’était une très bonne entrée en la matière. On retrouve ces silhouettes, comme un leitmotiv, entre chaque section. J’ai également trouvé ingénieuses les projections d’ombres en forme d’arbres au sol, sur les parois et les faux plafonds, elles donnaient l’impression de se trouver dans un sous-bois. Autre chose importante: les couleurs des sections. Comme à l’habitude chaque section a la sienne mais il est déjà arrivé que les couleurs utilisées soient tellement vives qu’elles ne mettaient absolument pas l’oeuvre en valeur. Cette fois ce n’était pas le cas, même les tons violets et roses plus soutenus étaient en parfaite adéquation avec les œuvres. Mention spéciale pour la scénographie donc mais aussi pour la variété des éléments exposés!

Sept sections se succèdent:
-Sujets de convivialité et d’amour. Antécédents nordiques et français
-Watteau et la fête galante
-Le cœur en scène
-L’amour à la campagne. Pastorales et sujets rustiques
-Fragonard contre Rousseau
-A la conquête des arts décoratifs
-Lorsque l’Europe chantait à l’Unisson l’amour et la fête

Ces différents thèmes sont abordés à travers des tableaux, des esquisses, des costumes, des vidéos, du mobilier, des objets en porcelaine, bref, il y a des quoi voir. Une telle variété d’œuvres pour un même thème n’est pas si courante et l’exposition de costumes est encore plus rare.

Pour moi, cette exposition est plutôt un moment d’admiration, de contemplation des œuvres plutôt que d’apprentissage. Vous n’apprendrez pas toutes les nuances du libertinage et sa psychologie; par contre, on vous situe le contexte historique et artistique. Vous avez l’occasion de découvrir les grands maîtres de ce courant: Watteau, Pater, Lancret, Boucher etc.


En clair, je conseille fortement cette exposition, c’est une sortie parfaite pour la Saint-Valentin (ça change du resto-ciné non?). D’ailleurs à cette occasion, le musée fait une offre spéciale: pour une entrée à l’exposition achetée, la deuxième est offerte.
N’oubliez pas que si vous avez la C’art vous aurez un tarif préférentiel pour cette expo. La Galerie du Temps est toujours gratuite (l’expo Métamorphoses aussi du coup), vous ne payez que pour l’expo temporaire.

DSC02638

Une réflexion au sujet de « Dansez, embrassez qui vous voudrez: l’expo parfaite pour les amoureux »

  • 20 février 2016 à 16 h 00 min
    Permalink

    Oh j’aurais bien aimé voir cette exposition (on se demande pourquoi, vraiment XD). Le Louvre Lens a fait un travail formidable depuis son implantation, j’aime énormément le soin qu’ils prennent avec les oeuvres et la scénographie. C’est un vrai plus pour la région !

    Répondre

Laisser un commentaire