La tête dans les nuages

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un monument emblématique de Lille, et plus largement, de la région: le beffroi de Lille. Attention, je parle bien du beffroi de l’hôtel de ville et non pas du beffroi de la Chambre de commerce car si ce dernier est celui que l’on voit sur les cartes postales, sa hauteur est nettement inférieure à son jumeau et leurs styles sont radicalement différents.

20160210_151458 (2)
vue du haut du beffroi

 

Revenons d’abord rapidement sur l’histoire des beffrois; et puisque le site de l’Unesco résume bien mieux que moi leur histoire, voici l’origine de ces monuments bien intrigants:

Élément symbolique du paysage dans les anciens Pays-Bas et le Nord de la France, le beffroi matérialise, au cœur de l’espace urbain, la naissance du pouvoir municipal au Moyen Âge. Édifice pratique abritant les cloches communales, conservant chartes et trésors, accueillant les réunions échevinales, servant de tour de guet et de prison, le beffroi est, au fil des siècles, devenu le symbole de la puissance et de la prospérité des communes.
Source: Unesco

En effet, l’érection de ces beffrois a également pour but de rivaliser avec les autres tours que l’on pouvait trouver dans les communes: les donjons (qui représentent l’autorité du seigneur local) et les clochers (signes du pouvoir religieux). Marque de l’indépendance croissante des communes, le beffroi devient le lieu de concentration de tous leurs privilèges:

Les étages de la tour remplissent toutes les fonctions de cette nouvelle entité. On y trouve une salle de réunion échevinale ou est également rendue la justice, des cachots, une salle du trésor où sont entreposés la charte, le trésor et le sceau de la ville. Une bretèche, sorte de balcon, permet aux échevins de s’adresser à la population pour les grandes proclamations et les rendus de justice. Plus haut, une salle renferme les cloches servant à rythmer la vie de la cité et un chemin de ronde permet aux guetteurs de surveiller les alentours.
Source: Beffrois et Patrimoine

Peu à peu ces tours perdront leurs fonctions au profit de l’hôtel de ville, plus spacieux. Elles restent néanmoins un point de repère, de ralliement de la ville et surtout un symbole culturel.


En ce qui concerne le beffroi de Lille, il ne date pas du Moyen-Âge, loin s’en faut puisque sa construction ne remonte qu’au 19ème siècle. En 1916, le Palais Rihour brûle, la mairie doit donc déménager et c’est le quartier Saint-Sauveur qui est choisi pour l’édification du nouvel hôtel de ville en 1921.

C’est Émile Debuisson qui va concevoir cet édifice, il fait fusionner le style art déco (formes géométriques et lignes épurées) et le style régionaliste (tradition flamande). Le beffroi est achevé en 1932, composé de 14 étages et de 575 marches; il est le plus haut de France avec 104 mètres au total. A l’inverse de son jumeau du centre (qui lui, culmine à 76m de hauteur), le beffroi de l’hôtel de ville est très peu décoré et seules les statues de Lydéric et Phineart (les géants de Lille) ornent le pilier ouest, près de l’entrée actuelle.

Si le beffroi n’a pas eu toutes les fonctions symboliques de ses prédécesseurs en raison de sa construction tardive, il a tout de même eu son utilité à partir d’avril 1950. C’est à cette date que le beffroi accueille l’émetteur de TéléLille. Elle devient alors la première ville de province a posséder son propre émetteur. Fin 1951, un studio et une régie sont installés et en 1953, le couronnement de la reine d’Angleterre Elizabeth II est retransmis grâce au beffroi!


Si vous voulez découvrir Lille depuis un nouvel angle, sachez que vous pouvez visiter le beffroi. Vous avez le choix entre monter toutes les marches à pied et découvrir le panorama petit à petit (et avoir des explications sur son histoire) ou monter quelques marches et prendre ensuite l’ascenseur (tout dépend si vous voulez faire travailler vos muscles ou non…). Vous pouvez louer un audioguide ou des jumelles (pour avoir une vue dégagée sur les usines à l’arrière plan). Personnellement je ne l’ai pas fait, je me suis contentée des panneaux explicatifs et de la vue. Alors que le temps n’était pas spécialement dégagé (comme vous pouvez le voir sur la première photo) nous avons réussi à apercevoir plusieurs terrils, c’est dire si l’on voit loin!

La vue sur Lille est vraiment imprenable, c’est un tour de 360°! Vous pourrez vous amuser à reconnaître les bâtiments au loin et en découvrir de nouveaux. J’ai notamment découvert le Fort du Réduit que je ne connaissais pas (eh oui, on apprend des choses tous les jours). Bref, c’est sympathique et c’est à faire au moins une fois. Si c’est ouvert (et gratuit il me semble) pendant les journées du patrimoine, je ne le recommande pas forcément à cette date puisque c’est toujours archi-plein! Si vous voulez admirer la vue tranquillement, le mieux est d’y aller en semaine (pendant les vacances par exemple).

Retrouvez toutes les infos pratiques ici


Sources:

  • Lille secret et insolite, les mystères d’une insoumise, Eric Maitrot, photographie Sylvie Cary, Les Beaux-jours
  • Guide d’architecture de la Métropole Lilloise, Le passage, 2009
  • Beffrois et Patrimoine (beffrois.com)
  • Site internet de l’Unesco, Beffrois et Belgique et de France

 

Une réflexion au sujet de « La tête dans les nuages »

Laisser un commentaire