Comment retomber en enfance le temps d’un après-midi

Ce dimanche, nouveau trajet covoiture-art destination: Wambrechies et son Musée de la Poupée et du Jouet ancien. C’est une découverte complète pour moi puisque je ne connaissais ni la commune, ni le musée. Je suis ravie que Thibault Denis du Péage, cofondateur de covoiture-art m’ait proposé cette destination car j’y ai passé une excellente après-midi!

DSC03168p

Se rendre dans un musée en empruntant l’option covoiture-art est vraiment intéressant, vous ne payez pas très cher (2€44), vous profitez du confort d’une voiture et vous bénéficiez d’un tarif préférentiel s’il s’agit d’un de leurs partenaires. Le trajet se déroule dans une ambiance très conviviale et c’est d’excellente humeur que l’on arrive à destination. En plus nous avons eu la chance de bénéficier des connaissances en histoire de Thibault Denis du Péage qui nous a raconté le passé (industriel) de la commune, sa rivalité avec Marquette et sa distillerie (toujours en activité) Claeyssens qui produit du genièvre.


Le musée se situe dans le château de Robersart, très beau bâtiment, partiellement rénové. Ce château était le lieu de résidence des seigneurs de la ville à partir du XIIIème siècle mais l’actuel est la troisième version puisque les deux précédents se sont écroulés.

En 1760, Louis-Joseph de Broide termine les travaux du château que nous connaissons aujourd’hui. Construit dans un style Renaissance, il met en valeur des des matériaux locaux: la brique rouge, fréquente dans la région, et la pierre blanche de Lezennes. L’alternance de ces deux pierres est appelée le « rouge-barres » et donne de la souplesse aux murs.
Source

Son nom vient de la comtesse Juliette de Robersart, dernière habitante du château qui y meurt en janvier 1900. Le musée ne se situe que dans une petite partie (l’aile droite) mais il est possible de le visiter entièrement pendant les journées du patrimoine (selon le site de la ville).


Lorsque l’on pénètre dans ce musée, c’est directement un bond dans le passé! Des vitrines, un peu vieillottes, présentent un nombre incalculable de poupées, petits soldats et autres jouets. L’espace est divisé en deux parties: une partie exposition temporaire et une partie jeux anciens. Actuellement, l’exposition temporaire est sur le thème de la Première Guerre mondiale, eh oui, c’est toujours le centenaire de la guerre 14-18!

Différents « tableaux » sont composés à l’aide de poupées/soldats. Un classeur à vue vous est confié au début de la visite pour vous expliquer le contexte historique derrière cette mise en scène. Si d’habitude j’ai tendance à ne pas apprécier ce genre de « bricolage », c’est le musée du jouet ancien, alors autant pousser l’ambiance jusqu’au bout et fournir des classeurs à vus aux visiteurs. De plus, le musée est géré par une association, ce qui explique le manque de fonds. Cette expo peut être une façon différente d’expliquer la Grande Guerre aux enfants, d’ailleurs derrière nous je pouvais entendre des parents (et grands-parents) expliquant les différents tableaux aux plus jeunes. La parallèle jouets/violence est assez déroutant mais pas moins efficace.

Ce n’est pas dans cet espace que nous avons passé le plus de temps, nous nous sommes davantage attardés dans la section « jouets anciens ». Dans cette partie on retrouve des vitrines remplies de vieux jouets (pas de poupées démembrées cette fois promis) et un nombre incroyable de jeux, type kermesse, auquel on peut jouer! Eh oui c’est ça la meilleure partie du musée, on peut jouer à un tas de jeux d’époque. Si on retrouve quelques jeux classiques type dames, échecs, mini billard ou jeu de palets, j’en ai aussi découvert beaucoup que je ne connaissais pas. Et naturellement, étant des personnes très consciencieuses, nous nous sommes fait un devoir de tester tous les jeux, histoire de les comparer et de faire une analyse de l’évolution du jeu à travers l’histoire.

C’est un endroit parfait pour les sorties familiales: grand-mère avec sa petite fille, parents avec leurs enfants et… grands enfants. En plus des jeux, des BD sont mises à disposition des visiteurs qui peuvent s’installer sur l’un de nombreux bancs pour lire tranquillement (enfin à condition que les joueurs d’à côté soient bons et n’envoient pas de balle sur vous). L’aménagement est plutôt bien fait entre les vitrines mettant en scène les jouets, les jeux anciens, les bancs, les plantes vertes, c’est vraiment un endroit chaleureux où l’on n’hésite pas à s’attarder.


Bref, je n’ai pas franchement de point négatif cette fois. Certes l’endroit et sa scénographie font un peu vieillots mais ça fait vraiment partie du charme du lieu. Le classeur à vues n’est pas ce qu’il y a de mieux comme matériel d’interprétation mais ce n’est rien de vraiment gênant. Par contre c’est l’endroit parfait pour se détendre et passer un bon dimanche après-midi, d’autant qu’une promenade dans le parc, le long de la Deûle, devant l’église et sans oublier le beau bâtiment de l’office de tourisme est possible! Je recommande donc vivement de s’y rendre un jour de beau temps pour -éventuellement- pique niquer et se promener après avoir visité le musée.

Une réflexion au sujet de « Comment retomber en enfance le temps d’un après-midi »

  • 7 mars 2016 à 18 h 19 min
    Permalink

    Ça donne envie en effet ! Le lieu a l’air très sympa !

    Répondre
  • 21 mars 2016 à 20 h 32 min
    Permalink

    Ca a l’air vraiment génial, j’aimerais beaucoup y aller et le cadre est vraiment sympa. Je ne doute pas que ton côté consciencieux ait prit le dessus pour tout tester 😉

    Répondre

Laisser un commentaire