Un jardin, trois atmosphères

La semaine dernière c’était le week-end des rendez-vous aux jardins, pas de chance la météo n’était pas franchement au rendez-vous, mais ça ne m’a pas empêché d’en visiter un quand même! Perdu dans la cambrousse flamande, c’est du Jardin du Lièvre de Sercus dont je vais vous parler aujourd’hui; un jardin séparé en plusieurs parties, chacune ayant ses particularités et son ambiance propre.

IMG_5160p

Ce jardin c’est avant tout le travail d’un passionné, Benoît Destiné, qui est botaniste, paysagiste, concepteur. Il a conçu et entretient seul les 1 hectare 50 de terrain autour de sa maison. Vous vous demandez sûrement pourquoi ce nom? Voici l’explication du propriétaire:

Pourquoi avoir choisi ce nom, me direz-vous ! Tout simplement parce que le siège de l’entreprise est au lieu-dit de la « plaine du lièvre », lieu où a été créé un jardin d’exposition d’inspiration contemporaine de plus d’un hectare. Ce jardin de pleine campagne reçoit la visite fréquente de la faune avoisinante et notamment celle des lièvres.

Lorsque nous sommes arrivés (j’étais accompagnée de trois autres amateurs de jardins), nous avons pu rattraper le groupe qui était parti pour une visite guidée. Autant d’habitude je ne suis pas fan des visites guidées de jardin, je préfère déambuler à ma guise, autant là j’étais contente d’avoir quelques explications sur la démarche, sur les plantes (particularités, entretien etc.) et sur la vision du concepteur. Lorsqu’il s’agit d’un jardin anglais très étendu j’apprécie de me promener librement, mais dans un jardin où la perspective ne se dérobe que très peu, le tour est plus vite fait alors autant visiter avec le propriétaire, ça donne un autre aperçu.

Je ne suis pas franchement ce qu’on peut appeler une spécialiste en botanique (il y a encore 1 ou 2 ans, j’arrivais à tuer des plantes « increvables » en les noyant ou en les oubliant…) alors j’aurais pu m’ennuyer pendant la visite qui clairement s’adressait à des personnes souhaitant embellir leur jardin (moi, même en mettant des plantes partout dans mon appart, ça n’en fera quand même pas un jardin…) mais non, les termes n’étaient pas techniques au point que je ne comprenne rien ou alors ils étaient expliqués, Benoît Destiné sait s’adapter à son public et c’est appréciable. Il a d’ailleurs ponctué sa visite de quelques anecdotes sur ses voyages ou sur les familles de plantes (oui, les plantes ont une vie donc des anecdotes, non ce n’est pas bizarre voyons!).


Comme je l’expliquais dans l’introduction, le jardin est clairement séparé en 3:
-une première partie (la plus récente) façon « prairie » où seules quelques allées sont tondues, le reste se veut sauvage avec beaucoup de graminées, fleurs des champs et quelques bancs en bois pour se reposer et apprécier la vue (et le calme de ce trou paumé l’endroit).

-une seconde partie très géométrique, très symétrique, plus contemporaine selon le propriétaire mais personnellement cette partie m’a surtout fait penser aux jardins médiévaux (le côté allées avec organisation en carré). Il est vrai que dans les jardins médiévaux, ces carrés étaient surélevés et qu’il s’agissait principalement de plantes médicinales, mais n’empêche que c’est la première chose à laquelle j’ai pensé en voyant cette structuration.

-une troisième partie où l’horizon se dérobe un peu plus et où on n’est plus dans la géométrie. Il s’agit de la partie la plus ancienne et c’est celle que j’ai préférée. On y trouve du buis et de l’if taillés, des petits passages à travers le feuillage, de grands arbres et bien sûr, une grande variété de fleurs.


Ce qu’il faut savoir c’est que ce jardin est un peu une vitrine à ciel ouvert, si vous vous promenez dans le jardin et que vous flashez sur une plante, vous pouvez vous adresser au propriétaire qui, éventuellement, aura un pied disponible dans sa pépinière. Donc si vous cherchez un endroit où vous promener pour l’après-midi, vous serez déçu, ce n’est pas le but, c’est un jardin particulier pas un parc.

Ce que j’ai apprécié, c’est ce côté passionné du propriétaire qui ne demande qu’à transmettre son savoir et à partager ses découvertes.
J’ai également beaucoup aimé l’ajout de Land art (notamment les totems et les petits animaux en fer) et le souci du détail qu’on perçoit immédiatement.

La banquette en bois tout autour de l’arbre m’a immédiatement tapé dans l’œil, ça fait très British je trouve, j’adore (oui c’est un détail mais ça participe au charme du lieu).

La maison en elle-même (du moins l’extérieur) est intéressante aussi, un savant mélange de moderne et de classique: maison de briques avec de grandes ouvertures sur le jardin (tant qu’à faire). On remarque d’ailleurs une partie ancienne (avec des briques qui ont vécu) et une partie plus récente. Si l’on en croit l’inscription sur le côté de la demeure, elle daterait de 1921.

J’ai une critique à émettre sur la signalétique: le jardin n’est pas bien indiqué. Il n’y a qu’un seul panneau, quand on y est presque déjà, c’est dommage. Il pourrait y en avoir plus, rien que pour rassurer les visiteurs qui pensent s’être complètement égarés.


En tout cas, si vous êtes en manque d’inspiration pour votre jardin ou en quête de nouvelles plantes, de curiosités, n’hésitez pas à vous rendre au jardin du Lièvre, vous y serez très bien reçu.

Attention il n’est pas toujours ouvert, infos pratiques ici

Une réflexion au sujet de « Un jardin, trois atmosphères »

  • 17 juin 2016 à 16 h 23 min
    Permalink

    J’aime beaucoup le ton humoristique de ton article ! Et tes photos ! La troisième partie serait sans doute ma préférée aussi. Dommage que ce soit pour un public bien ciblé et pas vraiment pour se balader.

    Répondre

Laisser un commentaire