Fashion week victorienne au château d’Hardelot

Nous sommes en pleine fashion week alors parlons de mode! Bon, pas la mode avant-gardiste, mais la mode du 19ème. Ce week-end je suis rentrée dans le Pas-de-Calais, du coup j’en ai profité pour bouger un peu et visiter l’exposition « Les modes au temps de la reine Victoria » au château d’Hardelot. J’avais déjà visité ce lieu une fois à l’occasion des Chroniques du Camp du Drap d’Or pendant la Summer Season 2012 (ça remonte un peu du coup). A l’époque il s’agissait d’une visite animée un peu loufoque et je me souviens avoir beaucoup aimé. Depuis, le Centre Culturel de l’Entente Cordiale (qui gère le château) a fait un bon bout de chemin et pas mal de choses ont changé. Je vous emmène à la découverte de ce château et de son expo qui est (je vous spoile déjà) un must-see pour les amateurs de cette époque.

banniere-hardelot-fashion

Pour ceux qui auraient une connaissance approximative du Pas-de-Calais et qui ne connaîtraient pas le château d’Hardelot, il ne se situe pas à Hardelot même (c’est la feinte) mais à Condette, juste à côté. C’est sur la côte entre le Touquet et Boulogne-sur-mer. Du coup c’est un peu (complètement) à l’opposé de Lille mais selon Google, il n’y aurait que 1h36 de route (en prenant l’autoroute). Du coup, le bon plan c’est de combiner une visite Boulogne-sur-mer avec celle du château d’Hardelot par exemple.

Une fois garées devant le château (après moult hésitations du GPS), nous nous sommes immédiatement retrouvées face au tout nouveau théâtre élisabéthain. J’ai malheureusement loupé son inauguration fin juin, et il n’est pas en libre accès. L’intérieur reste donc un mystère entier pour moi…mais je compte bien remédier à cette situation rapidement. L’aspect général de l’entrée a bien changé depuis ma dernière visite: théâtre rond en bois, infrastructure d’accueil et salon de thé… Il n’y avait pas tout cela en 2012 (à moins que ma mémoire me joue des tours). Comme je l’expliquais dans l’introduction, le lieu a beaucoup évolué en 4 ans. Je ne me souviens pas avoir visité le manoir dans un aussi bon état par exemple.

Le Château

Pourquoi est-ce que je parle parfois de manoir et parfois de château ? En fait, le manoir actuel a été reconstruit en 1872 sur les ruines d’un château fort du 13e. Il s’agissait donc bien d’un château mais qui a été détruit et transformé par la suite en vaste demeure par Henry Guy.

Si l’aspect extérieur du château ne m’était pas inconnu: manoir du 19e en pierres blanches de style néo-Tudor (les Tudors vous voyez? Henry VIII qui a tué pas mal de ses femmes, Elizabeth I, the virigin Queen), j’ai été frappée en revanche par la richesse de l’intérieur. Apparemment, ces pièces n’ont été réaménagées qu’en 2014, c’était donc également une découverte pour moi et une bonne surprise.

Un livret explicatif est distribué au début de la visite. Il est plutôt complet : un plan explique la répartition des pièces et chacune est décrite en détail avec les objets qu’elles contient et leur signification, l’histoire du château (origine, reconstruction) est également abordée. Par contre il y a quand mal pas mal de texte et parfois j’ai lu en diagonale ou alors j’ai regardé directement ce qui m’intéressait. Par contre je n’ai pas vu beaucoup de livrets, je me demande s’il y en a assez les jours de grande affluence.

Ce qui est impressionnant c’est le soin accordé à la reconstitution de l’atmosphère de la période victorienne. Chaque objet, bibelot, tapisserie, motif de rideau a sa signification et a été sélectionné en respectant l’esprit français/anglais du 19e.  Il ne s’agit pas d’un bric à brac sans valeur, pas mal d’objets sont des dépôts de … J’ai d’ailleurs été étonnée de trouver un Van Dyck.

Bref, j’ai été enchantée par la visite du manoir qui, je pense, nous a pris une petite heure. Depuis les fenêtres nous avons pu apercevoir les jardins qui (si je ne dis pas de bêtises) n’étaient pas non plus là en 2012. Ils nous ont paru vraiment très beaux mais au vu de la météo nous ne nous sommes pas aventurées dehors pour nous y promener.

L’exposition

Une expo intitulée « la mode à l’époque de la reine Victoria » ne peut que m’intéresser. Déjà parce que dès que j’ai l’occasion d’admirer la beauté des « toilettes » de l’époque j’en profite, mais aussi parce que c’est une période que j’apprécie particulièrement et que j’ai pas mal étudiée pendant ma licence d’anglais. C’est une époque fascinante qui connaît de nombreux changements avec la révolution industrielle. Le travail et les conditions de travail changent radicalement, les mentalités également, les industriels s’enrichissent et la rivalité bourgeois/aristocrates est plus forte que jamais. La mode connaît également une constante évolution (cf. première image, frise d’évolution de la mode).

De la crinoline aux manches bouffantes, en passant par la tournure ces tenues étaient très élégantes mais pas franchement pratiques. On est encore loin de la libération de l’habit féminin opéré par Coco Chanel. L’expo présente les robes selon leur usage : tenues de jour, tenues de sport, tenues de visite, d’après-midi, tenues de soirée etc. Quelques tenues enfants et tenues hommes sont également exposées. Toutes ces tenues s’accompagnent d’accessoires (et de sous-vêtements) : corsets, bas, chapeaux, bottines, châles… Ce qui est assez frappant c’est la taille de guêpe que devaient avoir les femmes qui ont porté ces robes. Même si elles étaient plus petites et si le corset aidait, elles avaient tout de même une taille très marquée.

Le travail sur les robes est bluffant : superpositions, broderies, dentelle, perles. Tout est assemblé et cousu minutieusement. On comprend pourquoi tout le monde ne pouvait pas s’offrir de pareilles tenues, elles représentent des heures et des heures de travail : coupe de la robe, choix des tissus, broderies etc. D’ailleurs sur certaines robes vous ne pouvez pas voir tous les détails, la robe noire par exemple est une superposition de tissu violet  et de dentelle noire, le tout rehaussée de perles brodées.
La qualité des photos n’est pas exceptionnelle, elles ont toutes été prises avec mon (vieux) téléphone.

Pour cette expo un livret (que vous pouvez garder) est distribué et il est vraiment très complet, j’en ai rarement vu d’aussi détaillés. Chaque item de la collection privée est expliqué du simple corset ou châle à la robe de soirée.

Si vous venez avec des enfants, vous pouvez apparemment leur faire essayer quelques tenues en demandant l’autorisation de la médiatrice qui est là pour vous renseigner. Ça rend la visite un peu plus ludique pour les plus jeunes.

En tout cas je recommande vraiment cette expo, les robes sont très belles, j’ai passé un bon moment.


Si comme nous vous sortez sous une pluie d’automne, vous pouvez passer vous réchauffer au salon de thé, il est bien sympa et propose pas mal de sortes de pâtisseries.

Pour aller plus loin…

Pour ceux qui sont intéressés par cette période, ITV vient tout juste de sortir une série intitulée « Victoria » (bon ne prenez pas tout pour argent comptant par contre!). La diffusion de la première saison est en cours. Une mini-série Albert & Victoria (2001) existe également et bien sûr il y a le film Victoria, les jeunes années d’une reine (2009).
La mini-série North and South de la BBC (adaptée du roman d’Elizabeth Gaskell) est aussi intéressante pour comprendre le changement de mentalité qui s’opère avec l’industrialisation.

7 réflexions au sujet de « Fashion week victorienne au château d’Hardelot »

  • 7 octobre 2016 à 14 h 41 min
    Permalink

    Super article !
    Si j’étais dans la région, j’irai bien y faire un tour, ne serait ce que pour admirer ces robes !

    Contrairement à toi, je ne bénéficie pas d’un savoir universitaire sur l’époque victorienne mais c’est une période que j’adore ! 🙂
    Et j’aime beaucoup la série Victoria !
    Tu trouves qu’il y a beaucoup d’incohérences dedans ?

    Répondre
    • 7 octobre 2016 à 18 h 41 min
      Permalink

      Pas énormément, la série est plutôt fidèle et j’ai appris des choses. J’ai vérifié certains fais (notamment pour Lady Flora) et ils sont exacts.

      Par contre ce qui m’a gêné c’est la façon dont ils ont grossi le trait sur sa relation avec Melbourne (je ne peux pas dire avec exactitude sa nature mais je doute que ce soit allé aussi loin) et le fait qu’ils prétendent dans la série que Victoria était opposé à l’idée d’épouser Albert. C’est faux et elle le connaissait depuis bien longtemps. Par contre elle a prit son temps en effet pour l’épouser.
      Il n’y a que ces 2 points sur lesquels j’ai quelque chose à redire. Je suis franchement séduite par la série. Les acteurs sont convaincants, les décors, les costumes aussi, j’aime beaucoup ^^

      Répondre
  • 7 octobre 2016 à 20 h 13 min
    Permalink

    Ah oui je suis d’accord pour Melbourne… Je pense que leur relation était plus père/fille que fondée sur des sentiments amoureux… C’est un peu abusé d’avoir tourné leur lien dans ce sens là et en même temps, cela a permis de proposer de très belles scènes…

    Oui moi je suis allée vérifier pour Lady Flora ^^

    C’est vrai que la relation entre Albert et Victoria n’est pas amenée de la même manière dans le film Victoria, les jeunes années d’une reine. Dans le film, on se rend compte qu’ils se sont vus souvent, qu’ils se sont beaucoup écrit avant de finalement se marier. Dans la série, on a l’impression qu’ils ne se sont pas vus depuis 100 ans et qu’ils se connaissent à peine.

    Sinon on est d’accord… la série est top pour ce qui est décors, acteurs… c’est déjà beaucoup ! 😀

    Répondre
    • 7 octobre 2016 à 22 h 34 min
      Permalink

      Encore une fois on est du même avis 🙂 Le film Victoria et Albert de 2001 m’avais semblé assez fidèle, j’ai voulu le revoir (sur youtube) mais je ne l’ai pas retrouvé.Dommage.

      Répondre
  • 2 novembre 2016 à 19 h 32 min
    Permalink

    Je n’avais pas encore lu ton article, c’est honteux ! La rénovation du manoir est incroyable, moi aussi j’ai été bluffée en le visitant. Et je confirme, il n »y avait pas de salon de thé quand on y est allé en 2012. Sinon, comme tu t’en doutes, j’adore ce genre d’exposition, même si je n’y suis pas allée, la faute à mon mémoire (en partie). Elle est terminée déjà? Les jardins sont sympas aussi et je suis curieuse de voir à quoi ressemble le théâtre. C’est vrai que porter ces robes, ce n’était pas franchement pratique, mais quelle taille ! Après il fallait supporter le corset quand même…

    Répondre
    • 2 novembre 2016 à 19 h 39 min
      Permalink

      Non l’expo n’est pas terminée tu as encore du temps pour y aller et jette un coup d’oeil à la programmation (conférences et visites spéciales) il y a des trucs qui ont l’air bien sympas! 🙂
      C’est sûr que le corset c’est très joli mais pas confort, confort…

      Répondre
  • Ping :Défilé de mode médiévale à Hardelot

Laisser un commentaire