Du pissenlit aux endormies, encore de belles découvertes à Art up!

L’édition art up 2017 a démarré jeudi avec une nocturne qui a eu un beau succès apparemment. Personnellement, j’ai choisi le calme de la matinée pour visiter cette fameuse foire d’art contemporain et ça m’a permis de prendre mon temps pour déambuler dans les allées et trouver mes nouveaux coups de cœur. Je partage donc avec vous mes nouvelles découvertes. Que de talent encore cette année!

art up banniere

J’ai toujours des sentiments ambivalents en me rendant à un événement de ce genre. D’un côté j’aime découvrir des artistes, admirer leurs créativité, leur talent, leur originalité. D’un autre côté c’est une foire de l’art avec tout ce que ça peut comporter de négatif (ou du moins, qui me plait moins): le côté “exclusif” et élitiste de ces événements (que ce soit le prix d’entrée ou les espaces privés).  Que les transactions soient au centre de l’événement est normal puisqu’il s’agit d’un immense marché de l’art contemporain après tout mais qu’on sente partout l’odeur de l’argent est plus déplaisant. J’irai même jusqu’à dire qu’il y avait un peu de snobisme dans l’air sur certains stands de galeries (assez peu heureusement!). Voilà pour les aspects négatifs, peu nombreux (mais révélateurs) par chance. (D’ailleurs c’est vraiment un des seuls endroits où je peux entendre trois femmes discuter et l’une déclarer qu’elle “va jouer au bridge”…j’avais l’impression d’avoir changé de siècle tout à coup).

Sur une note plus positive, j’ai eu plaisir à retrouver les nouvelles œuvres de mes artistes coup de cœur l’année dernière : Camille Berna (et ses fameuses photos de Barbies), Sophie Verger et Thomas Bossart (que j’ai eu le plaisir de rencontrer). Les sculptures animalières de Sophie Verger sont toujours aussi attendrissantes, c’est une vraie bulle de douceur et de bienveillance avec un brin d’espièglerie parfois, j’aime énormément. Il y a cependant un message plus profond pour la plupart, que ce soit la position de la femme ou les rapports parents-enfants. Je vous laisse en découvrir plus ici

Rêveries

Mais place à présent à mes nouveaux coups de cœur. Et c’est avec les œuvres d’Antoine Josse que je commence. Mon œil a tout de suite été attiré par cet arbre d’un rouge vibrant au milieu de champs comme enneigés. Si pour certains ces tableaux peuvent sembler mélancoliques ou tristes, comme un paysage désolé, j’ai trouvé qu’ils étaient poétiques et apaisants. J’ai également beaucoup aimé ses plus petits tableaux (peints sur bois en fait) qui sont tout en grâce et en équilibre et dans un imaginaire doux. Bref, c’est un artiste que je suivrai à présent avec intérêt!

Des couleurs vibrantes

Mon second coup de cœur a été pour les tableaux chatoyants des endormies de Florence Dussuyer. Les couleurs vibrantes et les silhouettes de femmes m’ont tout de suite interpellée. Les tableaux m’ont d’abord fait penser à Klimt puis j’ai laissé de côté la ressemblance avec d’autres grands noms pour simplement admirer l’énergie que dégagent ces couleurs en opposition aux figures de ces femmes endormies. Les palettes de couleurs sont exceptionnelles et mes photos (à mon grand regret) ne leur rendent pas justice. Florence Dussuyer utilise cette image du sommeil, ce moment de perte de repère et de contrôle de soi pour créer ces figures flottant dans un univers incertain. L’influence japonisante est assez rapidement perceptible au niveau des tissus peints, et pour moi qui adore ces splendides tissus (pour leurs couleurs et leurs motifs), je ne pouvais qu’aimer. (explications de l’artiste sur son travail ici).

La délicatesse

Et enfin, mon dernier coup de cœur est pour Duy Anh Nhan Duc, un artiste qui crée des sculptures végétales de toute beauté! Je me suis rendu compte que je l’avais déjà repéré l’année dernière, notamment son ours en pissenlits. J’ai l’impression que cette année il a plus été mis en valeur (après c’est peut-être juste une impression). D’abord interpellée par les pissenlits sortant d’une pipe tel un panache de fumée (serait-ce parce que je suis en train de regarder la série Sherlock? hum, mystère), j’ai été fascinée par la dentelle d’hortensia sous cloche de verre. Ce qui ressort de ces sculptures c’est une délicatesse, une finesse et une précision d’exécution époustouflante. La beauté et la simplicité de la nature sont détournées pour créer une oeuvre originale pleine de poésie.


Art up ce n’est pas simplement une foire d’art contemporain, ce sont également des ateliers (de gravures et d’estampes, de photographie, de modèles vivants etc) et des conférences. D’ailleurs dimanche il y a une conférence sur “la villa Cavrois, ou la modernité incarnée”. Je ne serai malheureusement pas là mais elle a l’air très intéressante.
Le programme est à retrouver sur le plan de la foire disponible à l’entrée et ici.

Laisser un commentaire