L’incroyable villa Art Nouveau de Roubaix

Connaissez-vous la villa Derveaux à Roubaix ? Située sur l’un des axes principaux de la ville, boulevard du Général Leclerc, vous êtes peut-être déjà passé devant sans y prêter attention. Rachetée en 2020, par un jeune couple, elle est en cours de rénovation. Virgile et Audrey m’ont ouvert les portes de leur demeure pour que je puisse vous en parler et vous montrer la beauté de l’intérieur.

🤔 Le style Art Nouveau, c’est quoi?

C’est le style exubérant, excentrique par excellence. On le reconnaît avec ses formes tout en courbes, en volutes, avec une grande utilisation des motifs végétaux et de la couleur. Il est aussi qualifié de « style nouille » par ses détracteurs. En France, un repère qui parle à tout le monde, c’est les bouches de métro parisiennes réalisées par Hector Guimard. Ce mouvement tend à ramener la nature dans la ville.

Ce n’est pas un style limité à l’architecture, vous le retrouvez dans les meubles, les céramiques, les objets d’art etc. Vous connaissez sûrement les affiches publicitaires de Mucha dans ce style: parfum, champagne ou spectacles de  Sarah Bernhardt.

Il apparaît dans les années 1890 et disparaît assez rapidement vers les années 1910 (donc avant la Première Guerre Mondiale). Attention à ne pas le confondre avec le style Art Déco qui est le style qui vient remplacer l’Art Nouveau dans la période d’entre deux guerre. Avec l’Art Déco on est beaucoup plus dans les formes géométriques (les lignes, les angles) et la symétrie. Dans la région, on trouve beaucoup plus de traces d’Art Déco que d’art Nouveau c’est pourquoi ce type de bâtisse est un vrai trésor architectural.

📜 L’histoire de la maison

La demeure est construite en 1904 par l’architecte Elie Derveaux pour Henri Masselis, un négociant de textile (comme d’habitude à Roubaix quoi). On est au cœur de la Révolution industrielle et Roubaix est en pleine expansion. La ville, qui se développe grâce à l’industrie du textile, est à son apogée. En 1911, l’exposition internationale du Nord de la France sera organisée au niveau du parc Barbieux (tout près de la villa), parc achevé en 1908.

La maison imaginée par Derveaux est vraiment construite dans le plus pur style Art Nouveau : tout est pensé dans les moindre détails, du sol au plafond en passant par la forme des placard, ou des poignées de portes et de fenêtres. La façade se démarque immédiatement de celle de ses voisines: il suffit de regarder le travail de ferronnerie sur les fenêtres au rez-de-chaussée ou au niveau des balcons. Les grandes fenêtres tout en arrondis sont également une des caractéristiques de ce style, tout comme les sculptures aux motifs végétaux qui habillent la façade. On retrouve également un visage de femme sculpté au-dessus de la porte d’entrée, juste au dessus des monogramme MH, les initiales du propriétaire.

Une fois passée la porte cochère, on n’entre pas directement dans la maison, on se trouve dans l’entrée qui mène tout droit au jardin ou, sur la droite, à l’escalier qui mène au salon. Les pièces du rez-de-chaussée, qui ne sont pas les pièces de réceptions, comportent déjà de beaux détails : vitrail sur la porte, céramique sur les murs, boiseries sculptées pour les placards… mais la pièce la plus travaillée est sans conteste le salon. Et pour cause, c’est l’endroit où l’on reçoit, c’est donc celle qui doit le plus impressionner. Tout est pensé en ce sens : plafond sculpté, grand miroir, immense porte-fenêtre qui donne sur un balcon couvert.

Je ne vais pas vous détailler toutes les pièces une à une, vous pouvez vous plonger dans les photos pour ça. Pour résumer: la maison est sur quatre niveaux et les pièces les plus richement décorées sont au premier étage. Ensuite, plus on monte, plus la décoration se fait discrète. L’exception est la salle de bain qui est entièrement recouverte d’un paysage en céramique peint à la main. A priori, ces céramiques proviendraient de la manufacture de Faïences et Porcelaines de St Amand les Eaux.

Après le premier propriétaire,  La maison est restée aux mains d’une autre famille pendant 40 ans. Ensuite… il y a quelques trous dans la raquette et quelques mystères non élucidés.
La façade et la toiture sont protégés depuis 1975 par les monuments historiques et même si l’intérieur a été remanié de nombreuses fois, il garde tout son charme.

👉Et maintenant?

Virgile et Audrey ont racheté la villa Derveaux en 2020 et ils s’y installent en décembre. Ils cherchaient une maison bourgeoise à retaper mais, a priori, plutôt de style Art Déco. Finalement, le hasard, la chance leur amènera cette opportunité qu’ils saisiront. L’idée est de restaurer la maison et lui redonner tout son éclat. L’objectif est donc d’allier confort et histoire et, surtout, ne pas dénaturer, garder l’esprit de la maison telle qu’elle a été pensée, en particulier pour les parties artistiques.

Malheureusement, contrairement à la villa Cavrois, ici aucune image d’archives de l’intérieur ne peut aider Virgile et Audrey. Il faut « sonder », c’est à dire gratter, vérifier les couches de peinture précédentes et déterminer laquelle est celle d’origine. Bref un travail de très longue haleine. Le défi actuel est le restauration des fenêtres puis, très prochainement, celle de la façade, assez noircie.

On trouve très peu de maisons entièrement dans ce style sur la métropole. Sur Lille vous avez également un bel exemple avec la maison Coilliot. Coilliot a d’ailleurs fait appel à Hector Guimard (dont je vous parlais pour les bouches de métro parisiennes) pour réaliser cette maison.

👀 Peut-on la visiter?

C’est une propriété privée, il n’est donc pas possible d’y accéder. En revanche, les propriétaires ont prévu d’ouvrir leurs portes aux amoureux de ce style architectural à l’occasion des journées du patrimoine, les 17 et 18 septembre prochain. Il faudra sauter sur l’occasion car sur les deux jours, 80 chanceux auront l’occasion de suivre la visité guidée par les propriétaires.

N’hésitez pas à suivre l’aventure des restauration de la bâtisse sur le compte instagram créé par Audrey et Virgile !

Laisser un commentaire